Je me lance aujourd’hui dans la rédaction d’un article qui me tenait à coeur depuis bien longtemps. Nous sommes de nos jours amenés, que l’on le veuille ou non, à devoir nous investir dans les réseaux sociaux. Que cela soit pour un but professionnel, ou encore pour rester en relation avec des amis… L’utilisation de ces réseaux sociaux a entrainé la naissance d’une nouvelle forme de rédaction, qui est parfois appelée « écriture sociale », ou écriture 2.0. Elle se distingue de l’écriture traditionnelle, qui a été réappropriée de manière plus moderne. Mais nous ne sommes pas tous égaux face à la rédaction, et surtout, nous ne nous exprimons pas de la même manière. Dans ce billet, je vais tenter de passer en revue les différents types d’écriture que j’ai pu rencontrer sur le web.

L’écriture traditionnelle

On va ici parler d’une écriture qui reste rigoureuse et littéraire. Il va s’agir de messages rédigés de manière simple : Une majuscule au début de la phrase, et un point à la fin de celle-ci. Certaines personnes pourraient qualifier ce style d’écriture de vieillotte, voir même de démodée. Je me contenterai de dire que l’écriture traditionnelle remplit sa fonction principale, ni plus ni moins. Il s’agit ici de faire passer un message, de dire ce que l’on a à dire sans fioritures ni excès. Cependant, on pourrait penser, à tort ou à raison, que lorsqu’une personne utilise ce type d’écriture, elle puisse paraître froide, voir désintéressée de la conversion qu’elle est en train d’avoir. Il s’agit la d’une interprétation bien évidemment.

Bonjour à tous. Ceci est un message test, afin d’illustrer ce que peut être un texte écrit de manière traditionnelle. J’espère que vous passez une bonne journée, à bientôt.

L’écriture sociale

C’est sans doute l’écriture que l’on voit le plus de nos jours sur les réseaux sociaux, ou du moins ceux que je fréquente comme Twitter et Facebook. La principale caractéristique de l’écriture sociale est l’utilisation de smiley (ou émoticônes pour les anglophobes), qui permet d’illustrer son humeur ou la tonalité de son message. L’utilisation des émoticônes peut parfois paraître comme peu sérieuse, voir même enfantine. Son utilisation pourra donc parfois porter préjudice, cela va notamment dépendre du contexte dans lequel elle est employée.

Bonjour à tous ! Ceci est un message test, afin d’illustrer ce que peut être un texte écrit de manière « sociale » 😉 J’espère que vous passez une bonne journée, à bientôt ! 🙂

Mon avis sur la question est assez mitigé. Je trouve que l’écriture professionnelle est assez rigoureuse et cadrée, ce qui est appréciable. Mais elle est parfois inadaptée dans une conversation, et peut être mal interprétée. A titre personnel je ne peux parfois pas m’empêcher de penser qu’une personne qui s’adresse à moi avec des points est désintéressée, voir même blasée de notre conversation.  Fort heureusement, dans la grande majorité des cas, cela ne s’avère pas du tout vrai. Une personne peut très bien être chaleureuse dans la vie quotidienne, et avoir recours à des phrases qui commencent par des majuscules et finissent par des points. Mais lorsque l’on a pour seul et unique contact les réseaux sociaux, et qu’on ne rencontre pas cette personne, l’écriture est la seule représentation que l’on peut se faire de cette personne. Elle est décortiquée et analysée comme étant le reflet de la personne qui rédige.

L'ère des réseaux sociaux apporte une nouvelle manière de communiquer.

L’ère des réseaux sociaux apporte une nouvelle manière de communiquer.

A titre personnel, je m’exprime assez souvent avec des émoticônes, même si j’essaie de pondérer mon style d’écriture afin de le rendre plus professionnel. Le recours à ces émoticônes et points d’exclamation lorsque je suis sur Twitter, sur Facebook ou quand je converse par messagerie avec mon téléphone me permet de transmettre, ou du moins d’essayer de transmettre une sorte d’énergie, de vitalité, de sympathie qui ne serait pas la même si je m’exprimais uniquement avec des points dans mes phrases. Bien évidemment, je ne prétends en aucune façon que ma manière d’écrire est la meilleure, mais je dirais que c’est celle qui me correspond le plus. Ainsi, l’écriture ne définit pas complètement une personnalité même si, à l’ère des réseaux sociaux, elle devient l’incarnation de la personnalité numérique de son rédacteur.

Et vous, quel style d’écriture adoptez-vous lors de vos échanges ? J’apprécierai d’avoir vos témoignages dans les commentaires afin de confirmer ou d’infirmez mes arguments dans l’article. 🙂

Photo de la une de l’article: Keyboard By Alexa12 

A propos de l'auteur

Etudiant en M2 à Audencia Sciencescom et rédacteur à la croisée des univers ludiques. Les univers numériques composent 70% de ma plume, à vous de découvrir le reste…

Articles similaires

4 Réponses

  1. Big Bad Wolf

    J’ai tendance, et ça m’énerve, à beaucoup user, voire même abuser des smileys, ce que j’essaye de changer, mais ce n’est pas si facile ^^ D’un autre côté, j’essaie toujours de parler un bon Français, ce qui, là aussi, devient difficile avec le temps, l’habitude est telle que nous avons plus ou moins tendance à user d’une syntaxe sms. Dernier point, pour mon compte, la ponctuation reste importante, voire essentielle. C’est souvent elle, plus que les mots, qui forgent mon ressenti. Très bon article original, au passage, réellement intéressant de réfléchir à ce sujet. (point, fin du commentaire) xD

    Répondre
    • flopinours

      Comme tu l’as suggéré dans ton article, j’ai tendance à adapter ma façon d’écrire à la personne en face et à la situation. S’il me semble plutôt bien accepté que le smiley puisse ponctuer les phrases d’une conversation Twitter/Facebook/SMS, je préfère quand même revenir ce que t’appelle l’écriture classique dès que la cible est un peu plus floue/variée. A ce moment là, je dois avouer que j’ai tendance à prohiber le petit bonhomme jaune.
      Après tout l’écriture est un art que l’on doit s’approprier, et comme pour toute performance, si on doit composer avec les limites du format, il y a aussi celles qu’on se pose sois-même. Je pense que ça fait parti d’un tout, d’une « personnalité ».

      Ceci dit, ton analyse est plutôt juste, même si je m’attendais à un peu plus que deux exemples – allez, j’ose – 😉

      Répondre
      • Mr Solidus

        Merci pour ton commentaire 🙂
        C’est vrai que le sujet est tellement vaste qu’il aurait mérité d’être traité avec un peu plus de contenu, mais je voulais vraiment éviter de blaser le lecteur avec trop de caractères. Je trouve intéressante la manière dont tu calibres ton utilisation des smileys 🙂

    • Mr Solidus

      Merci pour ton commentaire 🙂
      C’est vrai que c’est assez intéressant de se pencher sur ce point de vue de notre activité sur les réseaux sociaux, j’ai bien aimé rédiger ce billet. (Je vais essayer de plus me mettre aux points comme je l’ai dit ^^)

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.