En visionnant Valérian et la Cité des Milles Planètes, le dernier né de Luc Besson, je me suis ennuyé comme jamais… Et j’ai comme l’impression d’avoir assisté, à ma sortie de la séance, à un énorme gâchis.

En effet, l’univers des space-opera m’a toujours fasciné (Mass Effect, Star Trek, Stargate…). Mais j’avais comme un pressentiment en allant voir Valérian. Je n’ai jamais été un grand fan du travail de Luc Besson, je l’admets volontiers. Mais ce que j’ai vu avec Valérian dépassait toutes mes attentes. Comment ai-je pu m’ennuyer à ce point là devant ce film ?

Il faut toujours voir le bon côté des choses, le meilleur de l’être humain et chercher la lumière dans l’obscurité. Je vais donc commencer par citer ce qui m’a plu dans Valérian. L’introduction du film est vraiment soignée, sur un air de Space Oddity (du regretté David Bowie). Les effets spéciaux sont assez réussis également, je n’ai pas grand chose à dire de ce côté là et certaines séquences sont sublimes. L’ambiance musicale, composée par Alexandre Desplat, est elle aussi globalement réussie.

Place maintenant aux détails qui fâchent (et ils sont nombreux). Le binôme star du film, Dane DeHaan (Valérian) et Cara Delevingne (Laureline) ont l’un des jeux d’acteur les plus pauvres qu’il m’ait été donné de voir au cinéma. Mention spéciale à Dane DeHaan, qui manque clairement de charisme pour occuper le rôle principal du grand film qu’espérait produire Luc Besson afin de rivaliser avec les blockbusters hoolywoodiens. Quand à la présence de Rihanna dans le film, on ne peut que constater que sa présence dans le film sert uniquement à appâter les pauvres naÏfs souhaitant apercevoir leur chanteuse favorite au cinéma.  

Je ne connais pas du tout la bande-dessinée sur laquelle est basée Valérian et la Cité des Milles Planètes, mais le film m’a donné envie de m’y intéresser. Pas seulement car je suis fan de tout ce qui a trait à l’espace à la science-fiction, mais car j’ai envie de comprendre. Pierre Christin, Jean-Claude Mézières et Évelyne Tranlé, tous les trois à l’origine de la bande-dessiné Valérian et Laureline en 1967, ont-ils eu raison de confier leur bébé à Luc Besson ? Il est permis d’en douter, au vu de la cacophonie engendrée par le réalisateur français dans son film…

Critique de Valérian : La belle coquille vide
Parlons peu, parlons bien : Valérian et la Cité des Milles Planètes est décevant. Le binome star du film est décevant, tout comme la réalisation et le scénario. Le film est à recommander si vous souhaitez vous ébahir devant un film pour la qualité de ses effets spéciaux plutôt que pour la richesse de son scénario.
J'ai aimé
  • Les effets spéciaux
  • Un univers intéressant
  • Une bande-son correcte
Je n'ai pas aimé
  • Un duo d'acteur principal aux fraises
  • Scénario brouillon
  • Un potentiel monstre pour un résultat décevant
2.0Note Finale

A propos de l'auteur

Etudiant en M2 à Audencia Sciencescom et rédacteur à la croisée des univers ludiques. Les univers numériques composent 70% de ma plume, à vous de découvrir le reste…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.