Vous savez que je suis un gros consommateur de Twitter, et c’est par le biais de ce réseau social que j’observe un phénomène pour le moins inquiétant : la critique y est omniprésente ! Chaque jeu, chaque évènement y est scruté, analysé et décortiqué avec méticulosité. Bien évidemment, ce constat n’est pas applicable qu’à Twitter, et de nombreux forums de sites sont littéralement pollués par cette apologie de la critique ambiante.

Malheureusement, la plupart du temps les critiques que j’observe sont des critiques négatives… Attention, je ne souhaite pas supprimer la liberté d’expression ni convertir l’ensemble de mes contacts à mon point de vue, cela serait un peu présomptueux de ma part. Seulement voila, il m’arrive d’observer des vagues de critiques et des campagnes de dénigrement qui sont à la limite de la mauvaise fois. Je ne citerais pas de noms de jeux ou de consoles, cela n’aurait aucun intérêt et là n’est pas le but de cet article. Seulement voilà, un constat s’impose à moi : nous avons perdu notre capacité à rêver.

Les joueurs que nous sommes se transforment parfois en ados capricieux, qui n’aiment rien et ne supportent rien, qui demandent d’avoir des choses pour ensuite les rejeter quand on les leurs donnent… Nous ne sommes plus les joueurs d’autrefois, cela est sûr. Nos attentes sont de plus en plus élevées, et le joueur d’aujourd’hui, sitôt la galette insérée dans la console, se transforme en journaliste qui ne pense qu’à trouver la petite bête, la déception, le point noir. Comme si le jeu que l’on testait devenait présumé coupable, sauf si l’on prouvait qu’il ne l’était pas. En effet, rares sont les gens qui s’expriment lorsqu’ils trouvent un jeu qui leur plait. En revanche, les gens seront plus prompts à dresser un constat d’échec, sans même laisser au jeu qu’ils testent une seconde chance. Pour être honnête avec vous, il m’arrive moi-même d’adopter cette manière de faire…

Non, le joueur ne rêve plus. Il analyse, décortique, passe au crible mais ne rêve surtout plus. Car rêver, c’est pour les idiots, les naïfs… La démocratisation du jeu vidéo a entrainé une forme de radicalisation d’une partie de la communauté qui estime que, selon eux, « le jeu vidéo c’était mieux avant ». Je suis d’accord pour dire qu’un certain nombre de choses m’irritent de nos jours, comme l’apparition de plus en plus de DLC, de contenus dématérialisés… Pour autant, est-ce une raison pour qualifier toute une génération de jeux vidéo de médiocre ? Le jeu vidéo a évolué, s’est transformé pour s’adapter à une communauté de plus en plus diversifiée. Est-ce une bonne chose ?

Chacun aura son opinion sur le sujet mais la mienne, c’est que oui, le jeu vidéo devait s’adapter afin d’attirer de nouvelles catégories de joueurs. Et tant que le jeu vidéo ne perdra pas de vue ses origines et sa raison d’être, alors pourquoi ne pas laisser une chance au changement après tout ? La passion et l’amour que nous autres les joueurs avons pour ce média représentent la meilleure arme contre tous ceux qui l’attaquent avec acharnement et sans objectivité…

J’attends bien évidemment vos avis et votre opinion sur le sujet, donc n’hésitez pas à réagir dans les commentaires ci-dessous 🙂

A propos de l'auteur

Etudiant en M2 à Audencia Sciencescom et rédacteur à la croisée des univers ludiques. Les univers numériques composent 70% de ma plume, à vous de découvrir le reste...

Articles similaires

8 Réponses

  1. Skaradams

    Je te rejoins sur le fait que le jeu vidéo doit évoluer pour s’adapter à un public qui s’élargit et c’est vrai qu’on a tendance à avoir un œil beaucoup plus critique qu’avant. Mais dans un sens c’est plutôt normal, je pense. Je ne peux pas aborder un nouveau jeu de plate-forme de la même manière que j’ai découvert Super mario bros, par exemple. Déjà j’ai 20 ans de plus ^^, mais même sans prendre l’age en compte, « l’expérience » fait qu’on est plus attentif aux détails et à la technique.

    On a tendance à penser qu’on n’est plus capable de se laisser aller et d’oublier les défauts d’un jeu pour se plonger dedans. Pourtant cela m’arrive de temps en temps sur certaines découvertes, donc je suppose que ça doit être le cas pour d’autres joueurs aussi.

    Bon, je suis peut-être passé à coté du cœur de ton propos, parce que je ne suis pas sûr de savoir à qui ou quoi tu fais référence, mais de mon coté je reste plutôt optimiste sur ma manière d’aborder le jeu vidéo, encore à l’heure actuel. Tant pis pour ceux qui ne peuvent pas en faire autant.

    Répondre
    • Mister Solidus

      Tout d’abord, merci pour ton commentaire 🙂
      Je suis d’accord sur le fait que l’expérience fait que nous sommes plus attentif à certains détails, en particulier sur le plan technique, c’est d’ailleurs normal. Mais je suis navré que pour certaines personnes, cette expérience qu’ils ont acquise au fil des années se transforme en une analyse constante et perpétuelle du jeu, au détriment de l’expérience vidéoludique… Heureusement que certaines personnes ne le font pas quand même ^^

      Répondre
    • Anne-Laure77

      Voilà un coup de gueule que je partage volontiers. Mais c’est compliqué, la critique, car on peut en effet toujours voir les choses de deux façons : on est passionné, donc on aime tout (comme certains cinéphiles chez Positif trouvent toujours quelque chose à sauver dans n’importe que, film, dès que y a des images à l’écran, ça bouge, c’st génial – ils ont même une passion pour les grands nanards) ou, à l’inverse, parce que l’on connait ses classiques et l’âge d’or, on porte un regard sévère sur ce qui se fait aujourd’hui. Tu parles d’ados capricieux, mais c’est aussi parce qu’ils ont un certain âge que les gros blasés du jeu vidéo (les Cyril Drevet, Docteur Chocapic, Hooper, Manu de JVN,…) sont si durs dans leurs tests, ils voient bien les défauts et la mauvaise direction que prend l’industrie (suites tournant en rond, facilité/casualisation,…). Peut etre aussi se donnent-ils un genre, style on est sévères, à canardpc ou gamekult, ça prouve qu’on n’st pas corrompus. Le risque alors pour nous, c’est de passer à coté de jeux moyens qui se sont pris de 7/10 alors qu’en fait ils sont super sympas (moi j’ai adoré alpha protocol, alice, the saboteur, enslaved… et meme le resident evil 6, à la limite même des jeux jugés mauvais, comme le game of thrones, ne sont pas si mal quand on comprend que le budget était petit et que c’était une petite équipe minuscule qui a tout créé). Quant aux joueurs, à en juger par les chiffres de vente, ils ne savent pas trop ce qu’ils veulent, et sur Internet tout prend vite des proportions énormes dans la détestation (cf. Mass effect 3, ou les trolls sur la xbox one). Et puis, ‘y a des intégristes, des mecs et des nanas qui ne jouent qu’à un jeu, et en dehors duquel il n’y a rien de valable. Je pense que malgré toutes les dérives, cette génération aura été un second âge d’or, avec de grands jeux pour tous les publics, du blockbuster et du casu au plus indépendant, en tout cas moi je n’ai jamais autant joué et acheté de jeux que ces 5 dernières années. Là réside peut être l’explication : on a tellement de bons jeux à jouer, tellement peu le temps de s’ennuyer, que l’on devient vite impitoyable sur les défauts et insuffisances d’un titre, au lieu de leur laisser une chance… Avec jjugements lapidaires à la clé. D’ailleurs, j’y pense, c’st peut être un problème de société plus global, cette manière de tout critiquer et rabaisser, de détruire, une forme d’humour cynique, qui va bien au delà du web et du jeu vidéo (cf. les jurés à Top Chef ou à la Nouvelle Star, le succès de Zemmour et Naulleau chez Ruquier,… ). Mais le public réclame des évaluations, et des clashs, pour contrebalancer tout le BS des gens du marketing et des interviews lisses. Même moi, j’voue (j’aimerais des papiers sans note, avec juste un mec parlant avec passion – mon critique préféré : le youtubeur Classic Game Room -, mais j’avoue lire les notes et étoiles sur les sites, vite fait, sans tout lire, pour écrémer). Au final tu as raison, à lire les sites et les forums on a l’impression que tout est nul, que plus rien ne fait rêver, alors qu’objectivement on n’a pas le temps de jouer à tous les bons jeux qui sortent…

      Répondre
      • Mister Solidus

        Merci pour ce commentaire constructif 🙂
        Je suis entièrement d’accord avec toi, je déplore cette société basée sur la critique, mais bon c’est comme ça…

    • Margoth

      Comme tu le dis, le joueur prend la tendance de tout analyser et tout décortiquer… C’est bien là où réside le problème je trouve. Parce qu’à la limite, le faire lorsqu’on est devant le jeu manette en main, je comprends parfaitement la chose (écrivant moi-même sur le sujet, je dois le faire bien plus que je veux bien m’en apercevoir). Par contre, je trouve que cette politique prend des ampleurs un peu excessives. Parce que voir des gens qui prennent image par image des trailers jusqu’à venir taper le fer avec ses collègues dans des débats plus ou moins houleux, je ne vois franchement pas l’intérêt de la chose. Et pourtant, il suffit de prendre l’actu de futur de GTA V, c’est exactement ça, allant même jusqu’à observer le moindre pixel au microscope d’une image trailer annonçant un trailer.

      C’est un peu ce que j’appellerais les dérives de l’analyse dans l’air du temps. Je trouve ça plutôt pas mal que le joueur analyse plus un jeu lorsqu’il est devant, ça a même incité à une forme d’évolution du jeu vidéo dans le sens des développeurs s’amusent de plus en plus à insérer différents sens de lecture afin que les joueurs puissent gamberger là-dessus, y émettre ses petites interprétations qui peuvent, dans l’idéal, faire naître le débat. Un des plus marquants dans cette catégorie reste Alice Madness Returns, sujet qui, mine de rien, m’a incité à prendre la plume plus d’une fois lorsque j’étais dessus. Par contre, les dérives prennent à mon sens le pas depuis un petit bout de temps et je ne peux m’empêcher de garder un oeil perplexe sur les conséquences. C’est une tendance que j’observais déjà un peu avant même de commencer de bloguer il y a maintenant presque deux ans : quel intérêt certains ont à critiquer des jeux vu que de toute manière, ils ont un avis fixe dessus avant même qu’ils y aient touché ? Parce que lorsque j’observe bien, les réactions avant la sortie et celles à la découverte du jeu restent exactement les mêmes. En gros, selon comment tu as été impressionné par les images, trailers, voire démos jouables, tu jauges déjà la qualité du produit fini et tu t’y tiens. Tu fais une news sur un jeu sortant dans 6 mois en disant que ce sera la sensation « de cette fin d’année ». Bref, le joueur moyen semble maintenant tout savoir du jeu avant même qu’il ne sorte, jusqu’à n’en voir aucune vidéo avant de juger. D’ailleurs, on retrouve un peu la même chose dans le cinéma (avec le cas Avengers particulièrement parlant).

      Je rajouterais même qu’en y regardant de plus près, la peine que prennent les joueurs à analyser et décortiquer un jeu ont presque tendance à s’arrêter une fois que le jeu sort. Honnêtement, rares sont les acteurs de la toile (rédacteurs de webzine/blogueurs…) qui prennent la peine d’analyser un jeu pour son fond afin de pondre un billet comprenant véritablement un contenu de fond après avoir bien potasser leur sujet. Ce qui signifie qu’il faille attendre 6 mois, 8 mois, voire un an selon ses propres sessions de jeu et la complexité du sujet faisant qu’il faille multiplier les parties afin d’apprivoiser pleinement le sujet et que notre réflexion mûrisse. Ce qui me fait dire que beaucoup semblent mettre un point d’honneur à mettre un esprit d’analyse en carton en avant car ils ne sont même pas foutus de se concentrer sur ce qui pourrait être important et intéressant (d’autant plus que ça serait faire plus preuve de respect envers les développeurs qui se sont bien emmerdés à apposer des subtilités sur lesquelles on pourrait tergiverser). Et je n’ose même pas parler de l’argument et l’esprit de synthèse, souvent maladroit voire inexistant. Pour des gens voulant se donner des grands airs de journalistes en foulant sur leurs plate-bandes de façon éhontée, ça me fait quand même bien marrer… Plus particulièrement quand certains arrivent à s’approprier le statut officiel de journaliste. Comme quoi, on dit que c’est un boulot mais fort est de reconnaître que c’est très loin d’être uniquement par le talent qu’on différencie les pros des amateurs.

      Répondre
      • Mister Solidus

        Entièrement d’accord avec ton point de vue ! Mais j’ai l’impression que les gens qui ont lu mon article m’ont mal compris, et ont cru que je mettais tous les joueurs dans le même bateau, alors que c’est faux…

  2. Spartan Jo IV

    Pour ma part qui suis un joueur depuis plus de 26 ans, qui ai démarrer sur la console avec comme unique jeu Pong, j’ai vu une grosse parti des générations de consoles et l’évolution du jeu, et je peux dire le jeu vidéo a sacrément évoluer, graphiquement, techniquement, émotionnellement… etc
    Le jeu etait-il mieux avant? je répondrai oui et non.
    Non, car le monde évolue, les joueurs sont de plus en plus nombreux, les jeux vidéo sont joués autant par les filles que les garçons, plusieurs génération se côtoient sur les jeux vidéo, du coup on se retrouve avec un plus grand choix de style de jeu pour que chacun y trouve son bonheur, d’où un grand nombre de critique, car souvent se qui critique le jeu n’y on meme pas jouer, c’est juste que le style plait pas alors ce jeu est nul.
    Moi de mon côté je suis ravi de pouvoir avoir des jeux de sport réaliste, des jeux avec des scénario digne de très grand film, ressentir des émotions dans les nouveaux jeux, et surtout vivre une experience.

    Et je dirai oui le jeu etait mieux avant, et sa reste mon avis, car je trouve juste une chose qui fait que parfois je me dis que l’époque Sega et Nintendo me manque, c’est le respect entre joueur. A l’époque Megadrive contre SNES les joueurs se lancer quelque pique mais rester correct, maintenant si tu suit pas se que la majorité pense tu te fais limite traiter de tous les noms, et sa pour moi je tolère de moins en moins.
    Heureusement que certain joueurs et joueuses connaissent le respect.
    Apres il est vrai que les moyens de communication n’était pas les meme a cette époque.

    Je dirai pour finir le jeu est la pour nous amuser alors amusons-nous.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.