Rarement dans un jeu vidéo les joueurs n’auront eu une influence aussi importante dans la création d’une œuvre vidéoludique. Mass Effect 3, censé boucler la fin d’une trilogie de science-fiction mêlant les genres du jeu vidéo, en est le parfait exemple. Conclure une saga, que ce soit au cinéma ou dans n’importe quel média n’est jamais chose aisée, tant l’attente de la communauté est importante.  Dans cette article, il sera question de découvrir de quelle manière le cas de Mass Effect 3 démontre l’influence des joueurs dans le développement d’un jeu vidéo, mais aussi comment ces mêmes joueurs peuvent mener des réflexions indépendantes et structurées concernant les jeux vidéo auxquels ils jouent.

La saga Mass Effect, un série dont le joueur est le héros

Mass Effect 3 est un jeu vidéo de type action-RPG, sorti en mars 2012 et concluant une trilogie dont le premier opus était sorti 5 ans auparavant, en 2007 sur Xbox 360. Mass Effect 3 était attendu par une communauté de joueurs assez importante. L’univers dans lequel se déroule la saga Mass Effect est assez particulier, car le joueur se retrouve au centre d’un univers galactique composé de nombreuses races extraterrestres et ou l’espèce humaine, habituellement particulièrement mise en valeur dans la plupart des jeux vidéo, se retrouve ici minoritaire, voire même méprisée par les autres races. C’est dans ce contexte particulièrement épineux que le joueur devra évoluer lors de son aventure.

La particularité de la saga Mass Effect est vraiment unique, car elle permet au joueur de s’impliquer dans un jeu de manière personnalisée. Dès Mass Effect 1, le joueur était amené, lors de sa progression dans l’aventure, à devoir prendre des choix. Ces choix pouvaient être sans grande importance dans certains cas, mais pouvaient être vraiment déterminants dans la trame de l’histoire pour d’autres. Le joueur se retrouve donc plongé dans une aventure ou chaque décision qu’il peut prendre peut radicalement changer la suite des évènements.

Pour résumer, les choix du joueur dans Mass Effect auront une conséquence directe sur ce qui arrivera dans Mass Effect 2, mais aussi dans Mass Effect 3, ce qui pousse vraiment le joueur à réfléchir sur chaque décision et ses impacts. BioWare, le studio chargé du développement de la trilogie Mass Effect, a vraiment voulu insister sur cette notion de choix déterminants, et en a fait l’un des principaux atouts de sa saga. La part belle est donc donnée à l’influence du joueur sur le jeu vidéo et sur son évolution.

Dans la trilogie Mass Effect, le joueur incarne le commandant Shepard, un soldat dont le joueur pourra lui-même choisir le passé et les faits d’armes. Ainsi, on pourra déterminer si le commandant Shepard s’est particulièrement distingué  pour son héroïsme lors d’une bataille épique, ou alors pour sa fermeté et son pragmatisme lors des décisions qu’il a prises pendant un conflit. L’influence du joueur ne s’arrête pas là non plus, puisque le physique du héros est paramétrable à souhait. La chevelure abondante ou le crâne rasé, le teint blanc ou foncé, chaque caractéristique physique du commandant Shepard peut être modifiée, et le personnage que l’on a créé pendant sa première partie sur le premier Mass Effect pourra être importé dans le deuxième et le troisième opus. L’implication du joueur dans le jeu et dans la saga est donc poussée à son paroxysme, le joueur ayant le moyen de personnaliser son personnage principal selon ses envies et ses gouts.

La customisation physique du personnage principal du jeu est très poussée

La customisation physique du personnage principal du jeu est très poussée

Pour Mass Effect 3, l’attente des joueurs était assez importante. Mass Effect 3 étant le dernier chapitre d’une trilogie au scénario aussi riche que dense, Bioware, le développeur de la saga, devait réussir à concilier tous les choix que le joueur avait fait dans les deux premiers Mass Effect, tout en respectant une certaine forme de cohérence scénaristique.

Il n’était donc pas chose aisée de conclure la trilogie, l’attente étant forcément forte et chacun espérant trouver une fin convenable à « son aventure ». La date de sortie de Mass Effect 3 avait d’ailleurs été repoussé, le jeu était normalement prévu pour sortir à la fin de l’année 2011 mais a finalement débarqué en mars 2012.

La réaction de mécontentement des joueurs

Mass Effect 3, sorti le 8 mars 2012 en Europe, a été plutôt bien accueilli par les critiques et par les joueurs, mais l’épilogue de l’aventure a déclenché de multiples réactions diverses.

Les critiques positives déclarent que Mass Effect 3 est la conclusion parfaite d’une saga qui aura tenu en haleine toute une communauté de fans, et que l’intrigue finale de l’aventure n’a rien à envier aux films hollywoodiens à gros budgets. En revanche, beaucoup de joueurs ont eu le sentiment d’avoir été trahis par Bioware, car aucune de leur décision lors des deux premiers Mass Effect n’a véritablement pesé lors du déroulement de Mass Effect 3, en particulier vis-à-vis de la fin du jeu.

Dans un premier temps, Bioware ne s’est pas inquiété outre mesure de ces réactions de fans en colère, considérant que ce mécontentement ne provenait que d’une partie marginale et isolée des joueurs. Ce constat n’était pas forcément le bon car sur de nombreux sites spécialisés de jeux vidéo, et plus particulièrement sur le forum consacré à Mass Effect 3 sur le site officiel de Bioware, les réactions négatives affluaient massivement.

Certains joueurs ont même poussé la réflexion concernant la fin de Mass Effect 3 en créant des vidéos explicatives qui résumaient et interprétaient la fin d’une nouvelle manière, ce que l’on peut qualifier de détournement de sens selon Maud BONENFANT[1] (Maud Bonenfant est une chercheuse connue et renommée pour ses publications dans le domaine des jeux vidéo). Parmi le plus connu des détournements, on peut citer la théorie de l’endoctrinement, pour laquelle un fan avait repris la fin du jeu image par image pour convaincre les joueurs que sa vision de la fin du jeu était pertinente. Il s’agit d’une véritable traduction du phénomène d’appropriation du jeu vidéo par les joueurs.

La théorie de l’endoctrinement, véritablement détournement de sens de la fin de Mass Effect 3

La théorie de l’endoctrinement, véritablement détournement de sens de la fin de Mass Effect 3

La modification de la fin du jeu pour satisfaire les joueurs

Les réactions officielles du studio Bioware concernant le mécontentement des joueurs ne se sont pas fait attendre très longtemps, et c’est par la voix de Ray Mizuka, co-fondateur du studio, qu’une déclaration censée apaiser les esprits est venue. Dans cette réaction, Ray Muzika reconnaît l’influence des joueurs dans le milieu de jeu vidéo et salue leurs nombreuses réactions concernant le ressenti de leur expérience finale, afin d’améliorer la fin de Mass Effect 3.

C’est alors que le studio Bioware décide d’opter pour une démarche relativement inédite dans l’industrie du jeu vidéo. Le développeur décide, afin de rassurer et d’apaiser les joueurs, de sortir un DLC baptisé « Extended Cut » (Final Enrichi en français).

Le contenu additionnel Extended Cut pour Mass Effect 3 est un exemple de l’influence nouvelle des joueurs auprès des studios de développement

Le contenu additionnel Extended Cut pour Mass Effect 3 est un exemple de l’influence nouvelle des joueurs auprès des studios de développement

Bioware justifie cette démarche par le fait que le développeur est à l’écoute des joueurs, et souhaite apporter des éclaircissements sur la fin du jeu, afin d’expliquer du mieux possible les conséquences des choix que les joueurs ont effectué durant toute la saga. Le contenu téléchargeable de Bioware ne modifie pas la fin en elle-même, mais ajoute certaines cinématiques et dialogues qui explicitent et développent la vision de l’équipe créative qui a travaillé sur la trilogie.

Dans cette nouvelle fin, le commandant Shepard explique par le procédé de « la voix off », les conséquences de ses choix et la manière dont le monde va évoluer avec la prise en compte de ceux-ci. La fin y gagne en consistance et devient plus étoffée et plus pédagogique. La démarche de Bioware est saluée par les joueurs, qui voient dans le choix du développeur une véritable traduction de leur influence nouvelle, mais aussi critiquée par d’autres, qui estiment que le studio a fait preuve de faiblesse en cédant face à leur « caprice ».

Comme nous l’avons vu, le joueur possède donc un vrai pouvoir d’influence vis-à-vis des développeurs de jeux vidéo. Les jeux sont conçus pour les joueurs, et le cas de la trilogie Mass Effect prouve aussi que les joueurs ont la capacité, de par leur poids médiatique et par leur ressenti final, d’influencer le processus de création du jeu alors même que les développeurs pensaient avoir achevé leur œuvre. Cela vérifie l’argument de Michel DE CERTEAU[2] (un philosophe et historien français renommé), qui disait que les joueurs n’étaient pas passifs et s’appropriaient les jeux vidéo. Bioware n’aurait surement pas adopté la même démarche il y a quelques années en arrière, ce qui est donc une preuve assez concrète de l’influence et du contrepoids que peuvent exercer les joueurs par rapport au média du jeu vidéo.


[1] Des espaces d’appropriation, Maud BONENFANT, 2010

[2] Arts de faire, Michel DE CERTEAU, 1980

4 Réponses

  1. baudalex

    Très bon article et point de vue mon grand comme toujours 😉

    Entièrement d’accord avec toi sur le sujet même si personnellement, la fin de base de ME3 ne m’avait pas dérangé plus qu’outre mesure.
    Le joueur a toujours eu une voix sur laquelle on peut compter et qui pourrait souvent s’avérer bénéfique dans certaines licences mais malheureusement bon nombres d’éditeurs / dév etc. s’en cognent le saucisson, c’est surtout ca qui est regrettable.

    Répondre
    • Mr Solidus

      Merci du compliment !
      Pour être honnête avec toi, la fin de Mass Effect 3 ne m’a vraiment pas dérangé, même si je m’attendais à un truc vraiment plus grandiose.
      J’étais surtout super triste que la trilogie se termine car je m’étais énormément attaché aux personnages 🙂

      Répondre
      • baudalex

        mais je t’en pris c’est normal.

        et oui quel plaisir de pouvoir coucher avec tout son équipage ^^

        Effectivement cela m’attriste aussi que le saga se soit arrêté mais je ne pense pas qu’un 4éme volet aurait été une bonne chose pour l’image de la licence, vu que tout est quasi cloturé à la fin du 3. Vaut mieux finir en beauté une sage comme celle-ci plutôt que de la voir utiliser encore et encore au point d’en perdre tout attrait comme bien trop souvent en ce moment, Final Fantasy, Assassin’s Creed etc….

        Mais bon, je suis sure que tu partage déjà cet avis :p

      • Mr Solidus

        Effectivement, je partage le même avis et je voulais même le dire dans mon commentaire précédent ^^. Mieux vaut une trilogie épique qu’une suite d’opus insignifiants !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.