Je l’avoue d’emblée, je ne suis pas un grand fan des films mettant en scène des super-héros, en particulier la saga X-Men. C’est donc avec une assez grande appréhension que je suis parti voir Logan, le dernier film de Hugh Jackman dans son rôle culte de Wolverine. Alors, Logan est-il un énième film de super-héros sans saveur ou une franche réussite ?

Wolverine est plus que jamais à bout.

Un premier élément marque le spectateur dans le film de James Mangold : la magnifique relation entre Wolverine (toujours brillamment interprété par Hugh Jackman) et le Professeur Xavier (Patrick Stewart). Wolverine n’est pas le plus calme des super-héros, loin de là. Mais dans Logan, il se dévoile sous un autre visage, dont l’une des démonstrations est la manière dont il s’occupe du professeur Xavier, plus affaibli que jamais. Le fondateur de l‘Institut Xavier est au plus mal, ses pouvoirs deviennent imprévisibles et l’aide de Wolverine est primordiale pour que celui-ci puisse aider son vieil ami à les contenir. Cette touchante relation père fils a ému mon petit cœur fragile, je dois bien l’admettre.

Le caractère bourru et borné de Wolverine sera également mis à rude épreuve par Sarah, une jeune fille bénéficiant de pouvoirs que le Professeur Xavier et notre héros vont devoir escorter à travers le pays. Sans trop en révéler sur les péripéties du scénario, celui-ci va donner place à de nombreuses séquences touchantes qui se démarquent nettement des films de superhéros traditionnels.

Un trio farfelu…

Cette sensation de rupture avec les autres films de Marvel se marque en plusieurs points. D’abord par sa violence et la maturité de Logan, caractérisée par une classification du film en R aux Etats-Unis (équivalente à une interdiction aux moins de 17 ans). Le film ne l’aura pas volé, tant la violence et l’hémoglobine sont présents tout au long du voyage de nos trois héros. Logan donne au spectateur une vraie impression de fin du monde : L’institut Xavier n’est plus, les mutants ont quasiment tous disparu et le voyage de Wolverine et du Professeur Xavier a tout d’un dernier road-trip avant de se dire adieu. Nos deux héros sont à bout de souffle, tant sur le plan physique que psychologique, et seul Sarah vient incarner le renouveau de la génération X-Men. Nous sommes très loin des touches d’humour un tantinet agaçantes des autres productions Marvel, et ce n’est pas pour me déplaire. La noirceur et la maturité de Logan font du film une expérience unique. Est-il la conclusion parfaite de la saga Wolverine ? Les spécialistes de la saga X-Men répondront à cette question de manière bien plus complète que moi. Mais une chose est sûre : Logan est un divertissement de qualité, une rafraîchissante parenthèse de maturité dans un écosystème cinématographique Marvel rempli par (trop?) de légèreté.

Critique de Logan : du sang et des larmes
J'ai aimé
  • Un film sanglant et mature
  • Hugh Jackman et Patrick Stewart : impressionnants !
Je n'ai pas aimé
  • Un narration un peu répétitive
4.0Note Finale

A propos de l'auteur

Etudiant en M2 à Audencia Sciencescom et rédacteur à la croisée des univers ludiques. Les univers numériques composent 70% de ma plume, à vous de découvrir le reste…

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.