Jeux vidéo et cinéma ne font pas bon ménage, et c’est un doux euphémisme de le dire lorsque l’on voit les nanars qui ont été réalisés au cours des dernières années dans ce genre cinématographique si particulier. Ainsi, quand je vois qu’une de mes anciennes sagas favorites va être adaptée au cinéma, je ne peux qu’éprouver un sentiment contrasté. De l’excitation certes, mais de l’excitation mêlée à une bonne dose de peur quand au résultat final. Alors, Assassin’s Creed va-t-il rejoindre la trop grande liste des licences massacrées adaptées avec succès par le 7ème art ?

De prime abord, le film Assassin’s Creed a tout pour plaire. Justin Kurzel, le réalisateur du film, s’est déjà illustré avec brio avec Les Crimes de Snowtown (2011) et Macbeth (2015). Michael Fassbender et Marion Cotillard sont deux grands acteurs qui n’ont plus grand chose à prouver quand à leur talent d’acteur. Ajoutez à cela la présence de Jeremy Irons et de Charlotte Rampling, et le casting s’annonce plus que prometteur !

Concernant le scénario, le film Assassin’s Creed raconte l’histoire de Callum Lynch (Michael Fassbender), condamné à mort par injection létale. Seulement voilà : après avoir reçu son châtiment final, Callum se réveille dans un bâtiment détenu par Abstergo Industries, célèbre conglomérat d’entreprise appartenant en réalité à l’Ordre des Templiers. Sofia Rikkin, jeune scientifique interprétée par Marion Cotillard, va alors lui apprendre la vérité : Callum n’a pas été exécuté. Il va devoir participer à une expérience scientifique au travers de l’animus, machine qui va lui permettre d’incarner son ancêtre Aguilar de Nerha, en pleine Inquisition espagnole. Le but d’Abstergo ? Mettre la main sur la fameuse pomme d’Eden, artefact bien connu des fidèles de la série Assassin’s Creed.

En tant que fan de la saga, de nombreuses choses m’ont plu dans ce film. L’intronisation d’Aguilar de Nerha dans la Confrérie des Assassins est très fidèle à ce que l’on a pu voir dans les jeux vidéo, en allant même jusqu’au sectionnement du doigt de l’apprenti Assassin. L’incontournable saut de la foi est également inclus dans le film, tout comme les combats frénétiques à coup de lame secrète. L’animus se transforme en machine spectaculaire et plus divertissante que dans sa version vidéoludique, mais ce changement ne me choque pas outre mesure et passe plutôt bien. Les scènes tournées à l’époque de l’inquisition espagnole sont convaincantes, qu’il s’agisse de combats mais aussi des scènes de courses-poursuites ensoleillées entre Assassins et Templiers. Au niveau du jeu d’acteur, on peut saluer la très bonne performance de Michael Fassbender et de Marion Cotillard. J’aurais aimé voir un peu plus à l’écran Jeremy Irons et Charlotte Rampling, deux grands acteurs bien peu utilisés dans ce film.

Passons maintenant aux choses qui fâchent. Le scénario, (déjà un point faible de la saga d’Ubisoft depuis Assassin’s Creed 4 : Black Flag selon moi), est très confus et brouillon. Mention spéciale à la fin du film qui s’enchaine de façon assez frénétique, et dont le seul but est d’ouvrir de manière assez maladroite la possibilité d’une suite. La bande-son ne restera pas non plus dans les anales et c’est bien dommage, surtout lorsque l’on connait l’importance de celle-ci dans les jeux vidéo Assassin’s Creed, où le talent de Jesper Kyd s’est illustré pendant des années.

 

 

Critique de Assassin's Creed : pari réussi pour Ubisoft ?
Au final, il est très dur de juger le film Assassin's Creed. Relativement fidèle à la saga vidéoludique mais porté par un scénario relativement anecdotique, Assassin's Creed évite de se ranger dans la case nanar, et c'est déjà une grande victoire pour Ubisoft.
J'ai aimé
  • Les scènes avec Aguilar de Nerha
  • Une histoire globalement cohérente avec l'univers d'Assassin's Creed
Je n'ai pas aimé
  • Une OST aux fraises
  • Histoire plus que brouillonne
  • Une fin maladroite
3.0Note Finale

A propos de l'auteur

Etudiant en M2 à Audencia Sciencescom et rédacteur à la croisée des univers ludiques. Les univers numériques composent 70% de ma plume, à vous de découvrir le reste...

Articles similaires