Retour sur l’un des personnages les plus charismatiques de ces dernières années !

Charismatique, entreprenant, passionné, Ezio Auditore est pour moi une véritable icône du jeu vidéo. A vrai dire, c’est même ce personnage qui m’a réconcilié avec la saga. Le premier Assassin’s Creed, dans lequel nous incarnions le glacial Altair, manquait un peu de charme à mon gout. Qui plus est, ce personnage me laissait vraiment perplexe. Plus proche du tueur à gages sans foi ni loi que de l’Assassin au grand cœur que représente Ezio.

Nous entrons dans la peau d’Ezio Auditore dès sa naissance, au tout début d’Assassin’s Creed 2. Lorsque Desmond fuit Abstergo pour rejoindre les Assassins et commencer son entraînement, il incarne cette fois-ci son ancêtre italien lors d’une bagarre de rue entre Ezio et son rival, l’impitoyable Vieri de Pazzi. Alors âgé de 17 ans, Ezio vit une jeunesse bien insouciante au cœur de la très belle ville de Florence. Comme tout adolescent de son âge, Ezio est plus préoccupé par les ravissantes filles (en particulier Cristina Vespucci) que par son avenir. Issu d’une riche famille florentine et fils de banquier, Ezio était destiné à reprendre l’entreprise familiale, bien que cette perspective ne l’enchantait guère…

Cependant, la Dolce Vita va vite tourner court. Alors qu’Ezio travaillait pour son père (Giovanni Auditore), celui-ci, ainsi que ses deux frères (Federico et Petruccio) sont arrêtés et inculpé de haute trahison. Stupéfait, Ezio se rend au palais de la Seigneurie pour s’entretenir avec son père qui l’informe qu’un complot se joue et qu’il doit absolument en informer le Gonfaloniere  Uberto Alberti. Ezio retourne au palais familial, récupère les documents prouvant l’innocence de sa famille et va voir le Gonfalionere qui le rassure en lui informant que ces preuves permettront de disculper sa famille. Confiant, Ezio part assister au procès des siens, mais Uberto décide de ne pas dévoiler les preuves, et condamne les trois Auditore à mort ! Ezio assiste impuissant à leur pendaison, et est forcé de prendre la fuite devant les gardes beaucoup trop nombreux…

A partir de ce moment, Ezio va jurer vengeance et renoncer à sa vie tranquille pour traquer les responsables du complot qui a pris la vie à son père et ses deux frères. Prenant la relève de Giovanni (qui utilisait ses activités de banquier pour cacher son appartenance aux Assassins), Ezio va parcourir l’Italie pendant des décennies pour venir à bout de ses ennemis. Finalement, on retrouve Ezio vingt quatre années après l’exécution de sa famille, face au dernier et au plus redoutable de ses ennemis: Rodrigo Borgia, le chef des Templiers devenu Pape dans le seul but d’accéder au Sanctuaire qui etait dissimulé sous le Vatican. Ezio triomphe de son vieil ennemi, mais lui laissera la vie sauve…

Durant les 24 années racontées par Assassin’s Creed 2, Ezio aura grandement évolué. Il est passé du statut de Dom Juan florentin au comportement exécrable et arrogant à celui d’Assassin chevronné, calme et posé. Pour le joueur que je suis, voir un personnage évoluer de cette manière est un pur régal. Devenu le pilier de sa famille après l’assassinat de son père et de ses frères, Ezio a du rapidement endosser une nouvelle fonction de protecteur pour sa mère et sa sœur. Il a pu compter sur la présence de son oncle Mario, frère de Giovanni Auditore et Mentor de la confrérie des Assassins.

Dans Assassin’s Creed Brotherhood, Ezio et son oncle reviennent du Vatican et pensent pouvoir savourer un repos bien mérité. C’est sans compter sur le vénéneux Cesare Borgia, fils du Pape, qui décide de prendre d’assaut la Villa de Monteriggioni, fief des Assassins… Ezio et sa famille survivent à l’attaque, mais Mario Auditore est tué par Cesare Borgia.

Ezio se dirige donc vers Rome et veut cette fois en finir une bonne fois pour toutes avec la famille Borgia. Il peut compter sur le soutien du mystérieux et fidèle Machiavel, qui hérite du rôle de Mentor après la disparition de Mario Auditore. Ensemble, les deux Assassins vont reconstruire leur confrérie, recruter de nouvelles forces et redonner à Rome un second souffle. Après la mort de Rodrigo Borgia (tué par son propre fils) et l’arrestation de Cesare par le nouveau Pape Jules II, Ezio croit en avoir enfin fini avec ses ennemis jurés.

Mais Cesare parvient à prendre la fuite et trouve refuge en Espagne, ou il mène le siège de Viana en 1507. Ezio Auditore le retrouve et finit par le tuer en le jetant dans le vide.

Dans cet opus, le personnage d’Ezio gagne encore plus en maturité et en expérience. Ses actes héroïques poussent Machiavel à le nommer Chef de la confrérie des Assassins. Ezio devient donc Il Mentore (le Mentor).

Le dernier opus consacré au légendaire Ezio Auditore est Assassin’s Creed Revelations. Le Mentor a triomphé de tous ses ennemis, et n’a plus aucune vengeance à accomplir. Profitant de ce moment d’accalmie plutôt rare, Ezio décide de se rendre à Masyaf, ancien fief des Assassins que l’on retrouve dans le premier Assassin’s Creed, afin de trouver la Bibliothèque secrète d’Altair et de répondre aux questions qui hantent son esprit. Mais comme souvent, les Templiers viennent gâcher la fête et poussent Ezio à se rendre à Constantinople. Il lui faut trouver les cinq clés qui pourront lui donner accès à la Bibliothèque d’Altair. Dans cette tache plutôt ardue, il pourra compter sur Yusuf Tazim, chef de la confrérie des Assassins d’Istanbul, mais aussi sur la très belle Sofia Sartor, vénitienne tenant une librairie dans la ville. Avec le soutien de ses alliés, Ezio finit par mettre la main sur les cinq clés de Masyaf et se rend avec Sofia, devenue sa nouvelle compagne, à Masyaf pour enfin accéder à la Bibliothèque d’Altair. Cependant il découvre bien vite que celle-ci n’abrite aucun livre, mais seulement le corps d’Altair qui y repose depuis près de 3 siècles…

Ezio comprend enfin son rôle, il n’était qu’un messager, son seul but était de transmettre à son descendant, Desmond le moyen de parvenir à sauver l’humanité d’un cataclysme qui avait éradiqué la première civilisation, celle de Junon, Minerve et Jupiter.

Ce dernier opus nous fait partager un Ezio fatigué, lassé de se battre et en quête de vérité. Avide de réponses, il laisse la charge de mener la confrérie Italienne des Assassins à sa sœur Claudia, et se dirige vers le berceau de sa confrérie, là ou Altair, son ancêtre, a su faire évoluer le credo des Assassins grâce à sa sagesse. Chaque clé de Masyaf qu’Ezio récupérera lui fera d’ailleurs partager un flashback de son ancêtre, qui a choisi de partager certains moments de sa vie pour les transmettre aux futures générations

Après une vie riches en exploits incroyables, Ezio se retire de la confrérie des Assassins, et passe ses vieux jours dans une maison près de Florence en compagne de sa femme Sofia et de leurs deux enfants. Ezio souffre d’affections chroniques et le cœur de notre héros est très affaibli par sa carrière éprouvante d’Assassin. C’est sur la place du marché de Florence qu’Ezio s’éteint à l’age de 65 ans, après avoir jeté un dernier regard à sa femme et à sa fille…

Ainsi s’achève l’existence de l’un de mes personnage préférés. Dragueur, héroïque, drôle et charismatique…

La tâche de sa succession dans le cœur des fans incombe désormais à son descendant indien ! Connor pourra-t-il remplacer Ezio ? Réponse dans quelques mois…

A propos de l'auteur

Etudiant en M2 à Audencia Sciencescom et rédacteur à la croisée des univers ludiques. Les univers numériques composent 70% de ma plume, à vous de découvrir le reste...

Articles similaires